Vivre sans gluten #4

Suite et fin de la série de 4 petites émissions de 4 minutes pour en savoir un peu plus sur le « Vivre sans gluten »


Dans cette émission, la question est : vivre au féminin avec l’intolérance au gluten, la maladie cœliaque et les conséquences sur la fertilité et la grossesse, puisqu’on sait que 70% des personnes touchées sont des femmes.  A la question : quelles conséquences collatérales sur la santé des femmes atteintes de la maladie coeliaque, le Professeur Bruno Bonaz, gastro-entérologue au CHU de Grenoble répond : 

« La maladie coeliaque est plus fréquente chez la femme, environ deux fois plus fréquente. Vous pouvez avoir des conséquences sur l’os par exemple, puisqu’on peut avoir des ostéoporoses. Alors, la grossesse, classiquement, il est dit qu’il y plus d’infertilité chez la femme qui a une maladie coeliaque. Puisque dans la maladie coeliaque, on peut avoir des carences en vitamine B9, hors la vitamine B9 est importante pour la formation du tube nerveux, ce qu’on appelle le tube neural chez l’enfant. Donc c’est très important, à fortiori, de faire le diagnostic et de substituer, de donner de la vitamine B9 aux patientes. Mais en tous les cas, devant toute infertilité chez la femme, il faut chercher la maladie coeliaque, notamment. »

A la question «voyager tranquille sans gluten, trouver les restaurants adaptés, vérifier son alimentation, trouver les produits….», Elisabeth Cadiou, diététicienne-nutritionniste, répond :  

« Pour les personnes qui ont un régime sans gluten, il ne faut surtout pas s’interdire de sortir. Si elles vont chez des amis, elles peuvent très bien leur téléphoner, vérifier ensemble la recette qui est prévue, expliquer son régime, et la personne fera sans problème la recette adaptée à un régime sans gluten. Si on va au restaurant, on peut peut-être essayer d’avoir la carte sur le site pour déjà pré-choisir, savoir ce que l’on peut éventuellement manger au restaurant. Et quand elle est au restaurant, elle va plutôt choisir des aliments grillés, que ce soit du poisson, des viandes, avec des légumes, avec du riz… Tout ça, c’est sans gluten. Et puis, on peut utiliser une application smartphone « GlutenfreeRoads.com » qui permet de localiser les restaurants, les magasins, les hôtels qui proposent des produits sans gluten, ce qui est quand même bien pratique pour pouvoir voyager partout dans le monde, même avec un régime sans gluten.»

S’ensuit le déroulé de la recette  : le sandwich sans gluten

avec le témoignage et les conseils de Cécile, intolérante au gluten: « Quand j’ai découvert le sans gluten, c’était en 2013. J’étais allée voir un gastro-entérologue parce que j’avais des soucis de digestion. Et depuis toujours dans ma famille, on ne digérait pas le pain. Mais de là à penser que ça pouvait être aussi les pâtes, les céréales du matin… Et du coup, ce gastro-entérologue m’a dit : « Essayez pourquoi pas de retirer le gluten ». Et effectivement, j’ai arrêté de manger du blé, et ça m’a changé quand même pas mal de choses au niveau digestif, et aussi d’avoir plus d’énergie. Ca a été une découverte pour moi. Cuisiner sans gluten, c’est différent, et ça n’est pas différent dans le sens où l’on cherche à remplacer un ingrédient qui est le blé… Le gluten, qui peut se trouver aussi dans le seigle, l’orge, l’avoine et l’épeautre, par d’autres ingrédients comme le riz, le maïs, la quinoa, des pommes de terre… Il y a plein de choses en fait. Pour moi, manger sans gluten, ça m’a permis de découvrir d’autres ingrédients et ça m’a fait manger plus varié que si je mangeais que du gluten. »

Related posts:

Laisser un commentaire